Bienvenue, Visiteur ! S’enregistrer


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable

Auteur Message
Didier Hors ligne
Active Member
***

EK4 / EJ9
83 - Var France
Messages : 543
Sujets : 4
Inscription : Jul 2005
Réputation : 2
15-09-2013, 15:31:16   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
intéressant ce post à conserver.

La Passion Honda...
[Image: mini_251810maxresdefault.jpg]
Retourner en haut
Trouver Répondre
crashnb2 Hors ligne
Junior Member
*


Messages : 96
Sujets : 0
Inscription : Jul 2010
Réputation : 1
15-09-2013, 15:55:51   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
Un article qui peut être intéréssant: recours direct

OPN auto Nimes/Ales
Retourner en haut
Trouver Répondre
boyou2 Hors ligne
Heavy Foot Castratore
Moderateurs

Shetland Tricouille
- France
Messages : 25 865
Sujets : 129
Inscription : Nov 2005
Réputation : 58
15-09-2013, 16:04:54   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
Je fais un copie/colle ici avant que l'article ne puisse disparaitre Wink


Recours direct (suite) - Deux exemples qui prouvent que ça marche!

Jeudi, 25 Avril 2013 16:42

La procédure de recours direct, pratiquée quotidiennement par le cabinet Taverriti dans l’Est de la France, a réuni autour d’elle près de 300 carrossiers. Pour juger de la méthode sur le terrain, Après-Vente Auto s’est rapproché de deux d'entre eux qui la pratiquent. Et visiblement, ça marche...

Le garage Klein Frères de Wissembourg et ses 23 employés
ont traité une centaine de dossiers en recours direct depuis deux ans.

Et si les irréductibles Gaulois de la réparation-collision venaient plutôt de l’Est que de l’Ouest ? Sans réparateurs motivés pour partir avec Yan Taverriti à la conquête de cette procédure qu’autorise tout à fait le Droit français (articles 1382 et 1383 du Code Civil), l’expert mosellan n’aurait jamais pu lancer la machine.

Car celui qui doit amorcer la procédure est bel et bien le réparateur lui-même. La subrogation des assurances ayant fait oublier à l’automobiliste son droit de saisir librement un expert automobile, contacter de son propre chef un cabinet d’expertise est devenu, pour le commun des conducteurs, un acte tout au moins «original», puisque sa compagnie d’assurance en mandate un pour lui. Dans le cadre d’un recours direct, c’est à l’automobiliste lui-même de prendre la décision de mandater un expert. Heureusement, le réparateur est là pour le guider.

"Ne plus léser l’assuré"
Christophe Lecomte, gérant de la carrosserie Peterlin, à Hombourg-Haut (Moselle), travaille avec le cabinet Taverriti depuis environ deux ans. Il a déjà pris en charge une soixantaine de dossiers en recours direct pour des particuliers ou des professionnels victimes d’accidents non responsables. «Lorsqu’un client m’amène son véhicule après avoir été victime d’un sinistre sans que sa responsabilité ne soit engagée, je lui parle directement de la procédure de recours direct, explique le garagiste. Je lui en explique le fonctionnement de A à Z, l’intervention de l’expert, le rôle de l’avocat... Je lui fais ensuite signer un mandat qui nous laisse à nous, à l’expert et à l’avocat, la responsabilité de gérer son dossier.»

A partir de là, l’automobiliste n’a plus rien à faire : le processus est en cours. «J’en avais ras-le-bol d’avoir l’impression de léser le client non responsable , surtout lorsque qu'il est étudiant ou sans emploi . Victime d’un gros choc arrière par exemple, il se retrouve avec une facture de réparation que l’assurance ne permet pas souvent de prendre en charge du fait de la valeur vénale. Or, la voiture est souvent "propre" et le client peut la conserver lorsqu’elle est réparable. C’est ce que permet le recours direct.»

Et le carrossier ne s’est pas privé de faire savoir qu’il pratiquait cette méthode : «Au début, nous avons fait un gros coup de pub avec une dizaine de carrossiers pratiquant le recours en diffusant 100 000 flyers pour sensibiliser les automobilistes locaux à la méthode», explique-t-il. Quelques articles de presse locale plus tard et une fois les premiers clients satisfaits, la boucle était amorcée.

Carrossier et consommateurs: gagnant-gagnant
Et désormais, c’est surtout le bouche-à-oreille qui conduit les clients dans les garages qui pratiquent le recours direct. Vincent Klein, patron du garage Klein Frères, réparateur agréé Mercedes-Benz, service réparateur Ford et réparateur toutes marques à Wissembourg, dans le Bas-Rhin, a été le précurseur du recours direct avec le cabinet Taverriti. «En général, le client vient chez nous pour en bénéficier, avoue Vincent Klein. Sinon, nous lui en parlons. Mais s’il a déjà contacté son assurance, nous ne l’en détournons pas.»

Le réparateur est plus que jamais convaincu des bienfaits du recours direct, en commençant par ceux qu'en tire le client : «Il n’y a que des avantages pour lui, explique-t-il. Il choisit son expert, nous travaillons ensemble dans son intérêt le plus total, et nous faisons les travaux sur son véhicule dans les règles de l’art. Aujourd’hui, les experts sont trop souvent à la chasse au prix pour les assurances qui les mandatent ; ils ont trop le souci d’alléger leur coût de sinistre.»

Autre avantage pour le consommateur : grâce au recours direct, aucun accident n’est retenu sur le dossier de l’assuré, et celui-ci peut bénéficier d’une réparation rapide et d’un véhicule de remplacement à la hauteur de celui accidenté. «Comme la facture du prêt de véhicule m’est intégralement remboursée à la fin de la procédure, je peux me permettre de fournir à mon client un véhicule de même gamme», se félicite même Christophe Lecomte.

Pour le réparateur lui-même, l’avantage est nettement perceptible. Les réparations sont souvent plus lourdes et permettent donc au carrossier de fournir une facture conforme en tous points aux opérations réalisées sur le véhicule. «Entrer en guerre avec les assurances et les faire payer plus n'est pas le but, affirme Vincent Klein ; c’est simplement une question de qualité de réparation.»

De plus, les contraintes de temps sont moindres et les rapports avec l’expert, bien plus détendus. Enfin, dans cette procédure, le réparateur peut réparer au taux horaire réel qu’il affiche dans son atelier : « Pour ma part, je garde le même taux horaire de 75 euros HT», confie Vincent Klein, dont le garage est toujours agréé par les compagnies d’assurance. Christophe Lecomte, lui, se félicite de ne plus être dépendant des agréments depuis que Covéa lui a résilié son dernier contrat : «Lorsque j’étais agréé, je pratiquais un taux horaire de 47 euros HT, explique-t-il ; Aujourd’hui, je l’ai remonté à 60 euros. Je mise beaucoup sur le recours direct.»

Amorcer la pompe
Si les assurances adverses ont peu de possibilité d'échapper au recours direct (il interdit de fait toute possibilité de contre-expertise), elles peuvent en revanche mettre parfois entre 3 et 6 mois avant de régler l’intégralité de la facture à l’expert et au réparateur. Mais les choses s'organisent vite pour le réparateur qui s'engage dans cette voie : «Lorsque l’on commence le recours direct, les premiers mois dans l'attente des premiers paiements sont difficiles, se souvient Christophe Lecomte ; mais une fois que la machine est lancée, on ne le sent plus. Les rentrées d’argent étant régulières, le roulement de trésorerie s'organise.»

Pour le garage Klein Frères, les délais sont même désormais plus courts : «Avant, les assureurs faisaient traîner en demandant des éléments supplémentaires au dossier, témoigne Vincent Klein ; mais aujourd’hui , je reçois leur règlement sous 4 à six semaines. Mais cela nécessite d’être reconnu par elles comme sérieux, précis, de bien suivre les dossiers et d’être bien équipé pour que l’expert ne perde pas trop de temps avec son chiffrage.»

L'écrit est trompeur, on a l'impression parfois que l'autre est sec dans la réponse, parce que la tonalité avec lesquelles les choses sont pensées et qui ressortiraient à l'oral n'apparaissent pas à l'écrit...

Un forum est un endroit d'entraide, ce qui veut dire échange d'idées, d'experiences personnelles et professionnelles. Pas un site ou l'on vient prendre ce qu'on pense acquis de droit. Ca c'est quand on paie un garage pour réparer sa voiture. Si vous ne comprenez pas ce principe simple, vous n'avez rien à faire sur ce forum.
Retourner en haut
Trouver Répondre
Oncle Fétide Hors ligne
Alarm für Cobra 11
Moderateurs

Die autobahnpolizei Wagen
- Vatican City
Messages : 7 349
Sujets : 38
Inscription : Oct 2010
Réputation : 24
15-09-2013, 17:23:56   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
Va falloir que me plonge dans ce poste bien intéressant.

Post it !

Baba Honda m'a décrit:

"c'est un peu comme le mec qui a toujours un truc à dire sur n importe quel sujet."

Retourner en haut
Trouver Répondre
Le_NoNo Hors ligne
Grumpy NoNo
****
Team Sac

eg6/e39a/ee4
09 - Ariège France
Messages : 4 392
Sujets : 27
Inscription : Jul 2006
Réputation : 22
15-09-2013, 17:36:29   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
L'article initial :

EXCLUSIF - Et si le recours direct libérait experts et réparateurs?

Jeudi, 21 Mars 2013 17:31

Il existe peut-être une recette qui permet aux experts et carrossiers de s'affranchir des pressions tarifaires des assureurs : elle s'appelle "recours direct' et est déployée avec succès par Yan Taverriti, expert à Forbach et pratiquant militant de cette procédure.


Cliquez sur l'image pour télécharger la procédure
appliquée par le cabinet Taverriti à Forbach

«Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer.» Et «Chacun est responsable du dommage qu'il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence». Vieilles de 209 ans, ces simples phrases ne sont autres que les articles 1382 et 1383 du Code Civil. Inchangés depuis leur promulgation le 19 février 1804, ils légalisent absolument le recours en droit commun d’un automobiliste non-responsable d’un sinistre envers l’auteur de l’accident. Et ce, sans avoir à avertir son assurance.

Voilà qui est un brin procédurier ; mais c’est la méthode que pratique depuis deux ans maintenant et apparemment avec succès Yan Taverriti, le patron «déterminé» du cabinet Taverriti à Forbach (Moselle). «Tant que l’assuré responsable du sinistre est identifié, mon client non-responsable n’est pas tenu d’avertir son assurance : c’est nous, par le biais de notre avocat, qui nous chargeons du recours direct envers l’adversaire», explique-t-il.

Face à cela, la compagnie adverse n’a d’autre choix que d’accepter un règlement à l’amiable ou de subir la condamnation du tribunal, puis de payer l’intégralité de la somme due, quoi qu’il arrive. On s'en doute : Yan Taverriti est libre de tout donneur d’ordres depuis que Covea (GMF, Maaf, MMA) a résilié son dernier agrément. Plus indépendant que jamais, il s’est donc constitué un réseau de plus de 300 garages avec lesquels il travaille régulièrement et qui lui envoient des clients. Un échange de bons procédés qui bénéficie en premier lieu à l’automobiliste qui n’a «rien à payer», souligne l’expert.

Simple et transparent
Le procédé est simple mais suppose plusieurs étapes-clés. Lorsque l’un de ces garagistes reçoit une victime d’accident non-responsable et récupère notamment le constat amiable du sinistre, il lui explique les avantages du recours direct, lui fait signer un ordre de réparation correspondant aux travaux à effectuer sur son véhicule, ainsi que la convention qui le lie à Taverriti Expertises (et bientôt au cabinet de conseil juridique Légi Recours, en cours de création). Il lui fait ensuite remplir le mandat missionnant l'expert, puis met en route si nécessaire une procédure VE (Véhicule endommagé) et une procédure de cession de créance. De son côté, l'avocat du cabinet Taverriti (Légi Recours à l'avenir) envoie une lettre de mise en demeure à l’assuré responsable de l’accident.

L’expert examine alors le véhicule de la victime, évalue également les pertes immatérielles subies et transmet son rapport au réparateur qui lui retourne sa facture de réparation, de location de véhicule de remplacement et des frais annexes. L’expert transmet à son tour ces factures au cabinet d’avocat, ainsi que sa note d’honoraires. L'avocat (ou Légi Recours) exerce le recours auprès du tiers responsable puis, une fois les sommes correspondantes récupérées auprès de la partie adverse à l’amiable ou suite au jugement au Civil, le cabinet d'avocat rembourse directement le garage et l’expert et paye les sommes restant dues au client.

Cercle vertueux
Et apparemment, ça marche. «Nous avons gagné tous nos dossiers», se félicite Yan Taverriti. «Aucune expertise contradictoire n’est possible tant que l’assureur adverse n’a pas payé : dans le cadre d’un recours direct, il n’est pas subrogé dans les droits de son assuré, affirme-t-il. Et l’assuré responsable ne risque aucune pression anormale s’il a transmis le dossier à son assurance dans les 5 jours réglementaires.»

En fait, la méthode semble comporter de nombreux avantages. D’abord pour l’automobiliste lésé : il bénéficie d’une expertise en phase avec le coût réel des dommages subis (y compris lorsque les coûts dépassent la valeur résiduelle de son véhicule), il jouit des conseils et du suivi de l’expert mandaté et d'une prise en compte des préjudices immatériels, généralement exclus de son contrat d’assurance. Quant au réparateur, il n’a nul besoin d’être agréé pour réparer et peut appliquer son taux de main d’œuvre "officiel" : il est donc assuré d’être rémunéré au juste prix de son travail. Quant à l’expert enfin, il garde toute indépendance, instaure la confiance avec son garagiste et n’est plus soumis non plus aux exigences excessives d'un coût de sinistre faible.

Mauvais tours de vice...
On l'a compris : cette procédure a de quoi fortement déplaire aux compagnies d’assurance qui, dans le cadre de la Convention d’Indemnisation directe de l’assuré et de Recours entre Sociétés d’Assurances automobiles (IRSA), se chargent des recours entre elles depuis 1974. «Initialement, c’était une bonne chose : cela permettait de gérer les dossiers plus rapidement, reconnaît l’expert mosellan ; mais aujourd’hui, cela ne sert plus qu'à régler les flux financiers entre assurances et à diminuer les coûts de réparation au maximum.» Et donc à mettre la pression sur les honoraires des professionnels agréés, qu’ils soient experts ou réparateurs.

Mais comment Yan Taverriti a-t-il eu cette idée du recours direct ? «C’est en le pratiquant pour des clients français victimes d’accidents en Allemagne que j’ai eu l’idée d’appliquer la même procédure en France», raconte l’expert. Depuis qu'il applique sa méthode sur des dossiers franco-français, il explique que les compagnies d’assurances des conducteurs responsables auraient tout tenté pour le contrecarrer. «Au début, quand nous assignions directement l’assurance adverse, cette dernière faisait traîner le paiement durant des mois, ce qui démotivait les réparateurs. Et elle envoyait parfois des lettres directes à mes clients en leur mettant la pression pour qu’ils contactent leur assurance.» Avec le risque, bien sûr, pour l'automobiliste de voir le sinistre intégré au calcul de son risque et de subir une majoration de cotisation l’année suivante.

Certaines compagnies prétendaient même que tous les frais d’expertise et de réparation resteraient à la charge de l'automobiliste, se souvient l’expert mosellan. «Mais je n’ai jamais facturé quoi que ce soit à un client dans le cadre d’un recours direct. Lorsque j’ai commencé, je me suis dit que ça ne devait rien coûter à mon client puisque ce serait le cas en passant par son assurance. Donc, je ne lui facture rien. Et mon avocat, lui, fonctionne par avance d’honoraires que je lui règle moi-même.»

Accélérer encore la procédure
Conscient qu'il faut fluidifier encore davantage cette procédure relativement lourde du recours direct, Yan Taverriti compte recourir à un affacturage bancaire afin de payer immédiatement ses réparateurs, au lieu du délai actuel d’environ 3 mois. «Les assurances adverses n’auront donc plus aucun intérêt à retarder les paiements», se félicite-t-il, tout en reconnaissant que les agios seront à la charge des garagistes. «Mais le taux n’est que de 5% et je me suis déjà mis d’accord avec mes réparateurs pour faire apparaître ces frais sous forme de remise en pied de facture, sinon le système ne pourrait pas fonctionner», justifie l’expert.

Un petit sacrifice, mais qui permet d'obtenir de meilleures affaires que les "apporteurs d’affaires" n’en fournissent parfois. «Et de toute façon, les réparateurs restent largement gagnants par rapport aux remises de 13% que leur imposent des "partenaires" comme Nobilas.»

Citation :Les routiers c'est des pilotes en voiture !
(08-10-2016, 08:12:06)Dat-ass a écrit : Les mamys , y'a rien de mieux !!  Big Grin
Retourner en haut
Trouver Répondre
alboubou Hors ligne
Testeur d'importateur.
****
Team Sac

Chaser
- Albania
Messages : 4 236
Sujets : 80
Inscription : Mar 2012
Réputation : 11
16-09-2013, 12:17:58   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
Interresant le fait que l'assurance ne fasse pas mention de l'accident en cas de recours direct.

Cependant en cas d'accident non responsable il faut bien faire un constat et l'envoyer a l'assurance et appeler cette même assurance pour le remorquage donc l'assurance indique bien que nous avons eu un accident (même si non responsable). Je me trompe ?

Toyota Chaser JZX100 by BouBou

TEAM Sac : OFFICIAL MEMBER

4 doors for more whores
Retourner en haut
Trouver Répondre
Giu06 Hors ligne
Active Member
***

Accord Mk3 2.0 Exi
06 - Alpes-Maritimes France
Messages : 430
Sujets : 19
Inscription : Feb 2010
Réputation : 0
22-04-2014, 15:14:06   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
Hello suite à mon poste https://www.japancar.fr/forum/Sujet-Prob...pid1822997

Je suis en pleine bataille avec mon assurance qui ne veut rien entendre et mon assistance juridique qui n'a rien d'une assistance.
Donc mon assistance juridique ne veut pas lâcher le morceau en disant, prétextant que je ne peux réclamer le montant des travaux de ma voiture VEI et que malgré les textes de lois qui dise le contraire je n'aurai pas gain de cause devant une cour .
Bref je voulais savoir si certains ont traversé ce que je traverse et ont voulu utilisé ces textes de lois pour avoir gain de cause et surtout si vous avez des jurisprudence récente que je pourrai utiliser pour donner du poids à mes mots .

Le plaisir du Z
Retourner en haut
Trouver Répondre
RemiJ Hors ligne
Active Member
***


Messages : 358
Sujets : 2
Inscription : Nov 2009
Réputation : 0
20-06-2016, 20:55:31   -   RE: Vei ou valeur de remplacement si accident non responsable
Bonjour,

Je pense tenter cette méthode, pour ne pas être lésé dans l'histoire. Des retours d'expérience ?

Perso, on m'a rentré dans l'arrière et je suis allé finir ma course dans celui de devant. Donc avant/arrière à refaire. Ça rajoute une difficulté LOL
(Modification du message : 20-06-2016, 20:56:54 par RemiJ.)
Retourner en haut
Trouver Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Remboursement ridicule suite à accident non résponsable vroomdams 12 1 667 08-04-2016, 14:30:33
Dernier message: Damien Go
  Indemnisation accident non responsable Steven08 3 1 292 23-10-2015, 21:07:40
Dernier message: Steven08
  Accident responsable, solutions possibles ? Fonky 25 2 416 18-11-2014, 15:27:35
Dernier message: Fonky
  Accident non responsable, VEI et crédit en cours elodie.kh 6 2 731 13-01-2013, 12:48:42
Dernier message: push
  SYSTEME Assurances/Experts? quand tiers 100%responsable kodak 0 1 880 19-03-2012, 03:28:39
Dernier message: kodak
  Accident non-responsable avec véhicule anglais Nolan 12 4 991 27-12-2010, 17:15:25
Dernier message: Nolan
  accident itr non responsable chipper 7 2 396 16-07-2009, 17:16:11
Dernier message: Dav'scratch