Bienvenue, Visiteur ! S’enregistrer


10/10 (1 vote(s))
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

[FAQ Général] Toutes les FAQ General

Auteur Message
tibo Hors ligne
Senior Member
****


Messages : 2 104
Sujets : 42
Inscription : Jan 2003
Réputation : 0
21-06-2005, 14:09:16   -    
les capteurs parhttp://pboursin.club.fr/index0.htm
  • Les capteurs - Généralités

    Principe
    Conversion d'une grandeur physique en grandeur électrique
    [Image: capt31.gif]

    Qualités recherchées
    Linéarité : s ne dépend pas du point m
    Bande passante : s ne dépend pas de la variation de m sur un large intervalle de fréquences
    Longévité : s ne varie pas dans le temps
    Absence de grandeur d'influence : s ne dépend pas d'autres grandeurs physiques

    Informations à saisir
    Information analogique : l'amplitude du signal varie de façon continue.
    Information binaire : deux valeurs possibles, 0 ou 1.

    Modulation d'amplitude :
    analogique : amplitude variant selon le temps t.
    binaire : amplitude faible 0, grande amplitude 1 (filtres).

    Modulation de fréquence :
    variation du temps t selon la fréquence (t = 1/F).

    Modulation d'impulsion :
    variation de t en fonction des évolutions de l'information.

    Grandeurs d'influence
    Pour en diminuer l'importance, il est nécessaire de :
    contrôler leur influence et de protéger le capteur,
    stabiliser leur grandeur,
    compenser leur influence.

    Le plus importantes sont :
    la température,
    la pression,
    l'accélération,
    les vibrations,
    l'humidité,
    les champs magnétiques,
    la tension d'alimentation (amplitude et fréquence).

    Capteur passif
    La grandeur de sortie s est une impédance (Z) résistive, inductive et capacitive.

    Température : thermo-résestivité r.
    Rayonnement : photo-résistivité r.
    Champ magnétique (position) : magnéto-résistivité r.
    Déplacement, position, etc. : perméabilité magnétique m (capteur inductif).
    Force (déformation) : piézo-résistivité r.
    Position, proximité, pression, etc. : permittivité e (capteur capacitif).

    Un capteur passif nécessite un circuit électrique extérieur (conditionneur) pour traduire l'évolution de la grandeur d'entrée :
    montage potentiométrique,
    pont d'impédance,
    oscillateur,
    amplificateur sopérationnel.

    Capteur actif
    Il se présente, vu côté sortie, comme un générateur.
    s peut être une tension, un courant (intensité) ou une charge (résistance).
    Un capteur actif délivre un signal électrique directement lié à l'évolution de la grandeur d'entrée.

    Température :
    effet thermoélectrique, sortie en tension.
    T1 --> e(T1)

    Rayonnement :
    effet photovoltaïque, sortie en tension ou en intensité.
    F --> e(F) ou i(F)

    Champ magnétique (position)
    effet Hall, sortie en tension.
    B --> UH(B)

    Vitesse
    effet d'induction électromagnétique, sortie en tension.
    w --> e(w)

    Force, pression et accélération
    effet piézo-électrique, sortie comme charge électrique.
    F --> q(F)

    Capteurs proportionnels ou incrémentaux :
    principe :
    grandeur à mesurer en entrée,
    étage d'entrée (change la nature de la grandeur),
    étage intermédiaire sensible (apport d'énergie, change la nature de la grandeur),
    unité de traitement (fournit un signal utilisable),
    signal de sortie analogique : proportionnel à la grandeur à mesurer (proportionnel),
    numérique : commande de commutation électrique ou pneumatique.

    Signal numérique : lecteur/codeur
    règle/curseur (déplacement rectiligne), disque (déplacement circulaire),
    code à barres,
    carte magnétique.


    Numérisation des signaux
    Echantillonneur bloqueur : il permet de bloquer les données pendant les conversions.
    Convertisseur analogique/numérique (CAN).
    Convertisseur numériques/analogique (CNA).
    Filtre de lissage des paliers de sortie du CNA.

    Convertisseur analogique/numérique (CAN)
    Il transforme une variation continue de tension en une série de valeurs mathématiques (sans énergie) codées.
    Codage des valeurs : binaire naturel (nombres non signés), complément à deux (nombres signés), code binaire signé.
    Quantification : Elle associe la plus petite variation mesurable entre deux valeurs codées distinctes en sortie (quantum ou résolution).
    Convertisseurs :
    convertisseur parallèle ("Flash") : très rapide mais nécessite 256 convertisseurs pour 8 bits.
    convertisseur série.
    convertisseur à pesées successives : temps de conversion constant.
    convertisseur à double rampe : première rampe à temps constant, deuxième rampe à pente constante.
    convertisseur triple rampe : comptage en deux temps, large puis plus long et plus précis des faibles valeurs.
    Convertisseur numériques/analogique (CNA)
    Il traduit une entrée numérique, codée sur n bits, en une grandeur de sortie analogique.


    Codage
    Conversion en décimal.
    Conversion binaire : en octal (tranches de 3 bits), en hexadécimal (tranches de 4 bits)
    Conversion en binaire réfléchi (addition sans retenue) puis en binaire naturel (BR ou BN, lu de gauche à droite).

    Circuit arithmétique
    Additionneur, soustracteur, comparateur, contrôleur de parité, multiplicateur.
    Unité arithmétique logique (AUL)
    addition, soustraction, comparaison,
    opérations logiques ET, OU, NON ET, NON OU et OU exclusif (NOR).
    Multiplexeur/démultiplexeur
    Il permet l'envoi à distance les informations issues d'un grand nombre de sources d'information.


  • Technologie des capteurs


    Capteurs de température
    Résistances ® métalliques ou thermistances.
    Thermocouples ou couples thermoélectriques (effet Thomson, effet Peltier et effet Seebeck).
    Dispositif formé de deux conducteurs de nature différente joints par soudure à chacune de leurs extrémités, de façon à former un circuit fermé.
    L'une des jonctions est maintenue à une température connue, tandis que l'autre est portée à la température que l'on veut connaître. ; le courant apparaissant ainsi est fonction de la différence de ces deux températures.
    [Image: capt33.gif]

    Effet Thomson
    Si tous les points d'un conducteur homogène et parcouru par un courant ne sont pas à une température uniforme, ce conducteur est le siège d'échanges de chaleur avec l'extérieur. (Cet effet, généralement très petit, s'ajoute à l'effet Joule).
    hAest le coefficient de Thomson, fonction de T.
    [Image: capt32.gif]

    Effet Peltier
    Si l'on fait passer un courant électrique dans un conducteur formé par la jonction bout à bout de deux conducteurs de nature différente, il se produit à la jonction, selon le sens du courant, un dégagement ou une absorption de chaleur.
    Si l'on constitue un circuit fermé en joignant intimement par soudure, à chacune de leurs extrémités, deux conducteurs de nature différente, le passage de courant provoquera, par effet Peltier, le refroidissement d'une des soudures et l'échauffement de l'autre (l'effet Joule se superpose, indépendamment du sens du courant.
    C'est un effet généralement minime, mais il peut devenir important avec certains matériaux semi-conducteurs (différences de température suffisamment grandes pour permettre leur emploi dans certains appareils de réfrigération).
    Loi de Volta : dans un circuit isotherme constitué de conducteurs différents, la somme des f.é.m. de Peltier est nulle.
    [Image: capt34.gif]

    Effet Seebeck thermopile (ou effet thermoélectrique)
    Si les deux jonctions d'un circuit fermé formé par la soudure des extrémités de deux conducteurs différents sont maintenues à des températures différentes, on constate l'existence d'un courant électrique dans le circuit.
    Loi Magnus : une différence de température entre deux points d'un conducteur fermé homogène ne donne naissance à aucun courant.
    [Image: injtoy23.gif][Image: injtoy07.gif][Image: injtoy42.gif]

    Sonde de température
    résistance électrique du type CTN : la résistance décroît quand la température augmente.
    résistance électrique du type CTP : la résistance croît quand la température augmente.

    Capteur à fil chaud ou à couche chaude
    l'air aspiré passant par le débitmètre refroidit un fil de résistance ou une résistance mince à couche épaisse chauffée et appliquée sous forme d'une couche chaude sur un support de céramique,
    le courant de chauffage nécessaire à maintenir le fil ou la couche chaude à une température constante indique la masse d'air aspiré.
    LUCAS Air Flow Meter - Hot Wire :
    débitmètre à fil chaud dans une dérivation de la veine principale,
    réponse rapide et haute fiabilité, réduction des effets vibratoires, diminution du phénomène de contamination du filament.
    Diodes et transistors.
    Quartz.
    [Image: capt35.gif]

    Capteurs optiques (rayonnement)
    Cellule photoconductrice, photodiode (simple ou avalanche).
    Capteurs photo-émissifs : cellule à vide, cellule à gaz, photomultiplicateur.
    Détecteurs thermiques : thermocouple, bolomètre (infrarouge), détecteur pyro-électrique.

    Capteurs de position et déplacement
    Une partie fixe, une partie mobile liée à l'objet en déplacement (Dx).
    Détecteur magnétique :
    interrupteur ILS (ampoule Reed commandée par aimant), intensité limitée (1.5 A).
    Potentiomètres résistifs, inductifs, capacitifs ou digitaux.
    [Image: injtoy22.gif][Image: injtoy08.gif][Image: injtoy47.gif]

    boîtier contacteur papillon
    état de fonctionnement : pleine charge, ralenti (coupure en décélération)

    potentiomètre de papillon des gaz :
    informe le calculateur de la position du papillon des gaz,
    reconnaissance des positions : "pied levé" et "pied à fond",
    stratégies d'accélérations, de décélérations, et de coupures d'injection (papillon fermé, régime moteur > 1500 ou 2000 tr/mn, rétablissement à 1100 ou 1300 tr/mn).
    pleine charge : papillon des gaz 10° avant pleine ouverture.
    alimenté en 5V par le calculateur, transmet à ce dernier une tension variable en fonction de la position du papillon.
    il assure également un fonctionnement en mode secours en cas de défaut du capteur pression d'admission.

    Détecteur photoélectrique :
    passage d'un objet à travers un faisceau lumineux,
    système de proximité : émetteur (diodes LED, ampoule, lentille), récepteur (phototransistor, amplificateur, élément de commutation), faisceau,
    détection d'objets réfléchissants, lisses ou translucides,
    système barrage : émetteur, faisceau, récepteur, portée 20 mm à 30 m, détection de matériaux opaques.
    système reflex : émetteur/récepteur, faisceau, réflecteur multiprisme (catadioptre, diamètre 20 à 80 mm), portée 1 m à 30 m, détection d'objets non réfléchissants en ambiance relativement propre, influence des sources lumineuses extérieures.
    portée 20 mm à 2 m.


    Capteurs de déformation (force)
    Jauges piézo-résistives métalliques (quartz, tourmaline, céramique) ou semi-conducteurs
    Extensomètres à corde vibrante ou capacitifs
    [Image: pdginj23.gif][Image: pdginj24.gif]
    Capteur de pression de type piézo-électrique :
    pression agissant sur une plaquette de silicium monocristallin supportant 4 piézo-résistances,
    montage en pont de Wheastone alimenté en 5 V par le calculateur délivrant en retour une tension proportionnelle à la pression
    mesurée (787.5 mm Hg Usortie 4.75 V, 600 mm Hg 3.45V, 400 mg 2.10 V),
    2 thermistances (compensation des écarts dus à la température).


    Capteurs tachymétriques (vitesse)

    Génératrice tachymétrique (w) à courant continu ou alternatif.
    Tachymètre linéaire.
    Tachymètre angulaire à impulsions à réluctance variable, à courant de Foucault, à effet Hall.
    Gyromètres.
    [Image: injtoy25.gif][Image: injtoy05.gif][Image: injtoy44.gif]
    Capteur inductif.
    bobine enfermée dans un boîtier plastique, fixé sur le tachymètre,
    signaux sinusoïdaux, valeur de tension moyenne continue proportionnelle à la vitesse.

    Capteur de vitesse véhicule à effet HALL :
    situé en sortie de boîte de vitesses,
    alimenté en 12 V, génère un signal carré dont la fréquence est proportionnelle à la vitesse du véhicule.

    Accéléromètre :
    système masse-ressort, ressort supportant 4 résistances montées en pont :
    2 modifient leur résistance au cours du mouvement, signal de tension proportionnel à la décélération

    Capteurs d'accélération, de vibration, de choc
    Accéléromètres piézo-électriques, piézo-résistifs.
    Capteurs à mesure de déplacement à potentiomètre ou inductif, asservis.
    [Image: injtoy26.gif][Image: injtoy04.gif][Image: injtoy45.gif]
    capteur de cliquetis :
    accéléromètre à large bande à fréquence propre supérieure à 25 kHz,
    élément actif en céramique piézo-électrique (F ¸6.3 kHz), revêtement plastique assurant l'isolation thermique,
    température admissible de service 130°.
    [Image: injtoy28.gif][Image: injtoy11.gif][Image: injtoy49.gif]

  • sonde Lambda de régulation en oxygène
    implantée sur l'échappement, système en boucle fermée,
    elle délivre au calculateur une tension signalant la teneur en oxygène des gaz d'échappement : mélange riche tension ¸O.8 V, mélange pauvre tension sonde ¸ O.1 V.
    dispositif de réchauffage interne lui permettant d'atteindre rapidement sa température de fonctionnement (supérieure à 350°C).
    [Image: pdglam04.gif]
    Pour mesurer la richesse du mélange, on a recours à la sonde à oxygène ou Lambda implantée en amont du pot catalytique. Son emplacement est précis car il conditionne l'efficacité de la mesure réalisée par la sonde. La sonde ne transmet un signal correct qu'à partir de 350 °C pour une sonde non chauffée et de 200 °C pour une sonde chauffée. De plus, exposée à une température trop importante, il y a risque de détérioration de la liaison électrique de la sonde.
    [Image: pdglam01.gif]
    L'élément de mesure est réalisée par un tube en céramique (dioxyde de zirconium) qui constitue un électrolyte solide et offre une certaine conductibilité. Le tube est revêtu d'une mince couche de platine micro-poreuse. Par son montage, la face externe du tube est en contact avec les gaz d'échappement et la face interne avec l'air ambiant extérieur. L'ensemble réagit comme un générateur électrique. C'est le déplacement des ions d'oxygène d'une face vers l'autre du tube poreux qui créé une faible tension électrique mesurable entre les deux faces. Cette tension de sonde varie entre 100 et 800 millivolts (mV) soit une valeur inférieure à 1 volt. Cette variation de tension ou tension de sonde est exploitée pour déterminer la richesse du mélange et induire une correction.
    [Image: pdglam02.gif]
    La tension fournie par la sonde n'est pas constante, elle oscille entre deux seuils et le calculateur la compare à une tension de référence. La forme globale du signal est une sinusoïde. Si la tension de sonde se trouve au-dessus de la tension de référence, le mélange est considéré comme riche et le calculateur doit réduire le temps d'ouverture du ou des injecteurs pour abaisser la richesse du mélange. Avec une tension plus basse que la tension de référence, c'est l'effet inverse. C'est l'augmentation de la proportion d'oxygène dans le mélange qui produit une chute de tension de sonde interprétée par le calculateur qui augmente le temps d'ouverture des injecteurs. Le taux du mélange remonte et le cycle de régulation se renouvelle selon une certaine fréquence qui doit être aussi régulière et stable que possible.
    [Image: pdglam03.gif]
    La courbe de réponse
    Une déstabilisation de cette fréquence traduit une anomalie de la sonde. Le mot fréquence introduit la notion de temps. Il faut un certain temps à la sonde pour transmettre un signal correct approprié dans le sens enrichissement (montée en tension) ou un signal dans le sens appauvrissement (baisse de tension). L'ensemble de ces données constitue la courbe de réponse de la sonde. Cette courbe dépend du type de la sonde, de son vieillissement, de son état ainsi que de la température des gaz d'échappement.
    Pour donner une idée de la finesse du signal à transmettre, il faut savoir qu'entre les deux seuils de tension de sonde mini et maxi, la plage totale et réellement exploitée est de 0,7 volts. Sachant que la valeur de référence se situe environ au milieu (soit 0,45 V), on peut donc apprécier la faible marge de part et d'autre de cette valeur, soit 3,5 dixièmes de volts.
    Toutefois, la régulation n'est pas active dans certains cas, soit :
    - pendant le démarrage,
    - tant que le moteur est en phase de réchauffage,
    - en phase d'accélération ou à pleine charge du moteur,
    - en décélération moteur.
    - lorsque la sonde Lambda n'est pas à sa température normale de service.

    En dehors du dernier cas, la mise hors fonction de la régulation et son rétablissement est gérée automatiquement par le calculateur d'injection. En cas d'anomalie du système de régulation y compris de la sonde, le témoin d'autodiagnostic au tableau de bord est allumé et l'origine de l'anomalie est mémorisée sous forme de code numérique dans le calculateur.

    La sonde pour mélanges pauvres
    C'est une variante de sonde destinée aux moteurs à mélanges pauvres, c'est à dire fonctionnant avec un excès d'air comme le moteur Diesel ou le moteur à gaz. Le coefficient d'air Lambda de ces types de moteurs est compris entre 1 et 1,5 et même jusqu'à 2. Pour ces applications la sonde Lambda est adaptée de manière à rendre possible une régulation du mélange entre 150 et 800 °G. Elle peut également supporter un carburant à fable teneur en plomb (maxi 0,4 g/litre) mais moyennant une réduction de sa durée de vie.

    Chauffée ou non chauffée
    Pour compléter la sonde, on peut ajouter un élément chauffant central en céramique PTC de manière à assurer une mise à température de fonctionnement plus rapide (20 à 30 secondes). Sur une sonde non chauffée, ce temps est quasiment le triple car on compte uniquement sur la température des gaz d'échappement pour porter la sonde à la température correcte. Dans ce cas, la position de la sonde sur la ligne d'échappement est encore plus délicate à déterminer. De plus, la régulation Lambda n'intervient pas tant que le moteur n'a pas atteint sa température de fonctionnement. Et comme pour le catalyseur, la céramique poreuse de la sonde a d'avantage tendance à s'encrasser à froid. Cet encrassement est compensé en partie par une régénération à chaud et à condition d'effectuer un parcours routier ou autoroutier significatif. Pour établir un parallèle, ce phénomène est à rapprocher du fonctionnement des bougies d'allumage. La différence entre une sonde chauffée et une non chauffée se situe bien entendu dans la rapidité de mise en activité mais aussi dans la durée de vie. Ainsi les fabricants estiment la durée de vie à 80 000 km pour une sonde non chauffée et à 160 000 km pour une sonde chauffée. Par ailleurs, la conception actuelle des moteurs donnant en final de faibles débits de gaz au ralenti avec des températures basses, l'utilisation de sondes chauffées est préférable.
    Pour revenir sur le terme de régénération ou décrassage de la sonde Lambda, il faut savoir que ce phénomène ne peut se produire, et lentement, que lorsque la température environnant la sonde dépasse 600°C. Plus cette température est élevée plus la sonde se régénère rapidement (à titre indicatif 5 heures à 700°C et 10 minutes à 800°C). Une différence de 100 °C, ce qui est peu dans le contexte d'un échappement de moteur, peut s'avérer très importante pour la durée de vie de la sonde Lambda.
    En pratique le chauffage de la sonde est assuré en permanence dès que le moteur tourne ; ce qui suppose une autorégulation réalisée par la structure de l'élément de céramique PTC. La puissance utilisée couramment est d'environ 12 watts (consommation de 0,7 à 1 A). Mais pour des raisons de meilleure tenue dans le temps et notamment de rapidité de régénération, les constructeurs s'orientent vers l'utilisation de sondes avec chauffage de 18 watts (consommation de 1 à 1,6 A). La fonction chauffage de la sonde est souvent alimentée par un relais, activé lorsque le moteur tourne.
    [Image: pdglam06.gif]

et tout ca provient de se fabuleux site : http://pboursin.club.fr/index0.htm
Retourner en haut
Trouver Répondre
tibo Hors ligne
Senior Member
****


Messages : 2 104
Sujets : 42
Inscription : Jan 2003
Réputation : 0
21-06-2005, 18:17:40   -    
Traitement rouille FAQ réalisé par Mahubrahu et HotWill's Wink

Les problèmes de rouille !! LE fleau de nos japonnaises!!
Quel est la meilleure solution, soudure ou fibre ??

Tout d'abord, il faut juger de l’importance des dégâts.
Il faut tout poncer pour savoir dans quel état est la carrosserie. Il faut enlever toute la peinture.
Ce qui semble être une simple tache de rouille en surface est souvent bien plus grave en profondeur.

Pour les simples tâches de rouille de surface (qui sont très rares car souvent la rouille vient de derrière auquel cas il faut couper la tôle)

Fleche Ponçage à blanc ou sablage
Fleche Appliquer un convertisseur de rouille type Frameto ou WURTH compatible avec les peintures
Fleche Laisser noircir
Fleche Mastiquer si necessaire
RQ : Ne peut remettre l excédent dans le pot sous peine de contamination
Fleche Apprêter
Fleche Poncer l’apprêt
Fleche Peindre


Là où la rouille a fait des trous même des petits

Remplir les trous : la méthode soudure

Fleche Découvrir la rouille jusqu'a tomber sur de la tôle propre
La rouille perforabnte est un CANCER
La fibre est a proscrire. Il n'y a rien de meilleur que la soudure

Fleche Souder un morceau de tôle ( Semi Auto de préference car ça rouille moins. Le chalumeau va détruire l'electro-zinguage meme sous la peinure. Ou faire des points de soudure sur les petits trous.)
Fleche Remettre du zinc en bombe pour remplacer l’electro-zinguage d origine (anti-rouille en fait) détruit par la soudure
Fleche Sur la tôle neuve avant apprêt, appliquer une IMPRESSION CHROMATO PHOSPHATANTE EN FINE COUCHE (soit au pistolet soit au chiffon pourles toutes petites surface
Fleche Mastiquer, apprêter et peindre




Pour les ailes de Honda enlever les joints de tour d ailes avants ou arrières car c’est un nid a rouille et ça attaque les ailes avec le temps.
Changer tôle attaqué par la rouille mais re-souder une tôle avec un rebord
Les plis de tôle rigidifient la tôle. Pour preuve, une tôle plate est flexible, faite lui un angle à 90° elle sera rigide.

Pour le toit ouvrant au final la solution la plus economique reste le toit en polyester ou carbone
Si votre toit ouvrant n'est pas rouillé ouvrez le des que possible ça chasse l'humidité

Sur les civic et CRX les baguettes inferieures de portière en plastiques sont un nid a rouille. N'esitez pas a les demonter donc a dégarnir (vous allez etre surpris!!)

Les ailerons d'origines surtout sur CRX ED9 sont du meme genre que les baguettes de portes.
Sans rebords, dans le temps, on assistera à des éclats de peinture voir pire.
Bien entendu la préparation des supports est plus qu'importante

Voilà cette methode est représentative des regles de l'art.
On enleve de la tole on remet de la tole
La fibre n’est pas une solution de qualité.
Le plus dur reste en effet à trouver un semi auto mais pour souder une tole ca coute moins cher que les produits polyester.




Plus d’informations :
Lien technique :
http://www.classic-garage.net/article/1
Liens matos
http://www.centrale-du-carrossier.fr/index.htm
La recette miracle a base de graphite
http://www.jpcar.net/forum/viewtopic.php...8ebbc04196

FAQ réalisé par Mahubrahu et HotWill's

[table][Image: sanstitre16iy.jpg][|]
  • filtre K&N+admission dynamic
  • bougie iridium
  • cat-back sur mesure en 2.25”
  • sortie 100mm type HKS
  • jante 15” TD drifz
  • glastint
  • collecteur 4/2/1 OBX
  • ressort court –40mm[/list:u] [|][Image: sanstitre0cy.jpg][/table]
    en attente: faisceau allumage ngk premium, boite de nx gti, teintage répétiteurs en noir, feu arriere de phase 3
Retourner en haut
Trouver Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  [FAQ] Comprendre & Choisir son HUILE gineto 81 23 298 10-03-2017, 17:04:45
Dernier message: D16A9-ED7
  [FAQ] Matériel de levage - Tutorial Beowulf 73 45 700 28-02-2016, 18:59:31
Dernier message: FBI31
  [FAQ] la théorie du réglage de la distribution ! Fred 62 11 22 377 28-03-2013, 18:36:06
Dernier message: DAV4WS
  [Rech] FAQ "Cliqueti" el_doki 2 3 341 26-12-2012, 15:39:44
Dernier message: el_doki
  [FAQ] Materieaux composites brian flanagan's 4 27 048 14-12-2012, 20:35:17
Dernier message: jejephiroth
  [FAQ] Spec Turbo RB26DETTvs2JZ 31 20 398 29-03-2012, 22:19:57
Dernier message: ColtiXim
  [FAQ] Notions de dynamiques des fluides dj_spark 62 35 039 30-06-2011, 12:40:28
Dernier message: takumifujiwara
  [FAQ] Manuel FATT APEXI BLITZ AVCR AFC EGT HKS FCON EVC grumly2000 5 11 034 15-02-2009, 05:21:59
Dernier message: youngnrich
  [FAQ] Articles/Tests scannés de véhicules Beowulf 2 11 890 05-07-2007, 13:47:27
Dernier message: Beowulf
  [FAQ] photoshop & mise en place d une image sur le Forum tibo 8 12 244 12-07-2006, 19:13:01
Dernier message: francis